22 mai 2013

LA COULEUR DES SENTIMENTS

la couleur des sentiments Voici un pur bonheur de littérature ; je le place à la hauteur des grands romans de littérature américaine. La couverture chez l’éditeur BABEL est excellente, c’est elle qui a attiré mon regard en librairie, et le titre, le titre ! (« The help » en américain), je trouve que le traducteur Pierre Girard l’a parfaitement interprété.  C’est un roman passionnant qui vous prend aux tripes et ne vous lâche pas jusqu’à la fin (et on aimerait qu’il dure encore).

J’ai adoré la construction du roman (l’auteur est géniale) : la narration se fait par plusieurs personnes en alternance, le lecteur est donc au courant de tout ce qui se passe, se dit. Il n’y a qu’une seule fois où le narrateur n’est personne en particulier.

 Le résumé maintenant :

1962, Jackson, Mississipi. Une jeune fille va écrire un livre de témoignages recueillis auprès de bonnes Noires au service de Blanches ; nous en sommes en pleine ségrégation et elles risquent gros, très gros.

La couleur des sentiments, Kathryn Stockett, BABEL, 609 pages.

Posté par missisa à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mai 2013

Le rossignol de l'empereur de Chine

le rossignol de l'empereur de ChineLe rossignol a ensorcelé, par la beauté de son chant, l’empereur de Chine. Pour le garder auprès de lui, ce dernier l’a enfermé dans une cage dorée. Un jour, il reçoit un colis dans lequel il y a un oiseau mécanique qui devint le préféré. Lorsque l’oiseau aux saphirs et diamants s’arrêta de chanter l’empereur tomba malade ; le rossignol, qui avait été banni, revint soigner l’empereur mais il ne devait plus l’enfermer…

Le rossignol de l'empereur de Chine H.C. Andersen Folio Cadet (dès 8 ans) 48 pages

bac Catégorie : animal littérature de jeunesse

 

 

Posté par missisa à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2013

SUITE FRANCAISE

 L’ouvrage comprend deux volumes : « Tempête en juin » et « dolce ». Le premier  dépeint l’exode dont ont été victime certains Français sous l’occupation durant la Seconde Guerre Mondiale, le deuxième la vie d’un village occupé. Ce fut intéressant de lire ce roman sur la guerre de 39/45 car je n'en avais jamais lu qui traite de l’exode vue de l’intérieur (suite française est un roman mais rien n’est inventé) puis de l’occupation d’un village ; ma grand-mère m’a déjà parlé de son départ de Paris pour Lavagnac (Gironde), m’a déjà dit que la maison avait été occupée mais tout ce qu’elle me racontait, je ne le vivais pas comme je vis ce que je lis ; on comprend beaucoup de choses, on se rend compte de ce qu’ont pu vivre ces gens ordinaires, c’est-à-dire ces gens non traqués ; je me demandais comment allait finir « Dolce », finalement, Irène Némirovsky ne pouvait  viscéralement pas le terminer autrement.

Roman à lire donc ainsi que la préface qui est passionnante ; si un jour son auteur – Myriam Anissimov – écrit la biographie d’Irène Némirovsky, je ne veux surtout pas la manquer.  

Suite française Irène Némirovsky folio 516 pages (sans les annexes)

 

Posté par missisa à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]