01 avril 2013

Elira bien qui élira le dernier

nyssen-lira-bien-qui-lira-le-dernier Je viens enfin de terminer ce livre qui figure dans la liste à lire dans le cadre du challenge du prix des lectrices amies. Le préambule se trouve dans le titre de ce message:  celui-là ne remportera pas les palmes (du moins pas grâce à moi!). Comme je le disais dans un autre billet, je l'ai lu dans un autre lieu et ce jour-là (j'étais dans le car qui m'amenais avec ma classe à la piscine) les pages que j'ai lues m'ont pas mal plu, intéressée : en fait il y en a eu 3 des pages qui ont réussi à accrocher mon attention (sur 128). l'auteur nous fait croire (et on y croit plus ou moins) qu'il écrit une lettre à une certaine mademoiselle Esperluette, prétexte pour défendre le livre ; le problème c'est que je ne me suis pas sentie concernée par ce qu'il disait, je me suis même sentie comme une intruse, une lectrice dont la lettre n'est pas destinée et qui n'a rien à faire dans cette lecture : dommage, lHubert Nyssen pensait qu'en moi dormait une mademoiselle Esperluette qui se demandait si le livre allait survivre ! Eh! bien non, je ne me le demande pas, je n'ai même aucun doute sur la survie du livre ; d'ailleurs cet auteur doit me comprendre : à la page 112 il nous parle du livre "le diable au corps" de Radiguet (que j'ai lu étant jeune et que j'ai adoré) dont il évoque la publicité faite par Grasset pour vendre le livre et qui insistait sur la jeunesse de l'auteur et il demande à la fausse destinataire de sa lettre si sa lecture et son jugement n'auraient pas été conditionnés par la curiosité d'un génie précoce et suppose que sa lecture aurait été différente si ont avait présenté l'auteur comme un vieillard ; plus loin il explique que l'éventuel lecteur est parfois trompé sur la marchandise (on nous fait prendre un triste mélo de boulevard pour une tragédie shakespearienne : eh!  bien monsieur  Nyssen (paix à votre âme) : vous avez fait la même chose avec votre pseudo lettre et fictive miss Esperluette.

En tout cas il m'a donné envie de lire Nina Berberova....on verra bien, qui lira verra............

 

Lira bien qui lira le dernier de Hubert Nyssen éd : BABEL

Posté par missisa à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 mars 2013

DALI

DALI Je viens de relire ce petit bouquin avant d'aller voir l'expo Dali à Beaubourg. L'expo est géniale et j'ai eu un immense bonheur  d'y être car Dali fait partie de mes peintres préférés. Ce "mini du grand art", nous présente DALI et ses oeuvres . Y sont retracés son enfance et son génie précoce (photos à l'appuie), ses années de formation, ses amis, Gala, sa folie, son exil aux Etats-Unis, Dali et le cinéma, Dali et les sciences physiques, Dali et la photographie,ses périodes : surréalisme, mystique anatomique, catholicisme, ; puis des oeuvres sont "analysées", très simplement, sans vocabulaire incompréhensible qui ne flatte que l'égo de celui qui écrit. Document passionnant qui éclaire les oeuvres par la compréhension de l'homme, de l'amant, du fou, du peintre, du génie. 

christ en croix dali Christ en croix, mon oeuvre préférée n'était pas présente à Beaubourg mais elle apparait dans le livre

29271_Dali_ascension L'ascension du Christ, par contre, y était mais pas dans le livre.

 

DALI mini du grand art, Franck Weyers, ed. könemann, 95 pages.

 

Posté par missisa à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]